07/03/2016

C'est beau quand Infantino dit go à la vidéo

Deux semaines! C'est le temps qu'il aura fallu à Gianni Infantino, nouveau Président de la FIFA pour prendre une décision que tous les passionnés de foot attendaient depuis de longues années: le recours à la vidéo pour aider les arbitres. Deux semaines pour balayer 10 ans d'hésitations poussiéreuses des gérontes Blatter et Platini. Cela nous ferait presque croire que la révolution est enfin en marche à la FIFA...

C'est qu'en matière de recours à la technologie, le foot a pris plusieurs trains  retard sur les autres sports. Sur le tennis où les trois "challenges" que possède chaque joueur lors de chaque set a supprimé les crises de nerf à la McEnroe. Sur le rugby où les arbitres conjuguent allégrement recours à la vidéo et décompte du temps réellement joué. Sur le hockey, qui utilise ces technologies depuis longtemps. Bref, sur tous les autres sports professionnels.

Spectateur attentif d'un match de milieu de classement de la Premier League  ce week-end, Gianni Infantino a sans doute pu se convaincre un peu plus des bienfaits de la "video sur la ligne de but", utilisée régulièrement par les Anglais, ces gardiens du temple football pas si conservateurs que ça. Le recours à cette technologie  a permis de dédramatiser toutes ces situations litigieuses où le seul œil de l'arbitre et d'un éventuel juge de touche, souvent situés tous deux à 30 mètres de l'action, devaient déterminer en 2 ou 3 secondes si le ballon avait franchi la ligne ou non. Cet anachronisme actuel a certes écrit une page mémorable de l'histoire du football (le 3e but anglais de Geoff Hurst lors de la finale de la Worldcup 1966). Le remake du huitième de finale de 2010 en Afrique du Sud, où toute la planète... sauf l'arbitre vit rentrer d'un demi-mètre dans le but allemand le tir de Franck Lampard, est beaucoup moins romanesque. Il illustrait 44 ans plus tard l'immobilisme stérile des dirigeants du foot mondial.

Alors si Infantino dit go à l'utilisation de la vidéo, on pourrait également lui suggérer quelques autres réformes qui auraient le mérite d'éradiquer les pandémies qui étouffent les matches de foot. Citons dans le désordre:

- Le décompte du temps réel. Comme au hockey, on arrête le chrono à chaque arrêt de jeu. Ca évitera bon nombre de simulations et de tragi-comédies et tant pis si ça bouleverse le timing des programmes TV. Elles compenseront en diffusant de la pub lors des arrêts...

- L'utilisation de trois "challenges" par équipe pour revoir une action litigieuse à la vidéo (but, hors-jeu, agression, etc...). Comme au tennis, le challenge est perdu s'il est mal utilisé. L'arbitre, lui, dispose d'un recours discrétionnaire à la vidéo. Comme on décompte les arrêts de jeu, il n'y a pas de problème.

- Un juge de ligne derrière chaque but qui lève son drapeau à chaque fois qu'il y a une action litigieuse. Pour donner un penalty ou avertir un simulateur. Six ou sept penalties lors de chaque match risquent-ils de dénaturer un match? Pas de risque, ça ne durera pas longtemps, les joueurs et entraineurs comprendront vite. Ca fait 5 directeurs de jeu? Et alors! Il y en a bien 4 au hockey sur une patinoire qui est 6 à 8 fois plus petite qu'un terrain de foot.

- L'interdiction absolue à chaque joueur de s'adresser à l'arbitre. Comme au rugby, seul le capitaine en a le droit. Avertissement systématique pour chaque joueur qui parle à l'arbitre! Cela nous évitera ces scènes insupportables, que l'on observe aussi bien en Champion's League, en 2e ligue interrégionale et chez les juniors, où l'on voit des joueurs-psychopathes au yeux injectés de sang qui se mettent à hurler comme des damnés à la moindre bousculade.

Début de programme pour un football qui veut rejoindre la modernité. Il sera temps ensuite pour Gianni Infantino de réexaminer l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar...

17:58 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | | |

Commentaires

Rien à redire si ce n'est l'innocence de la chute. Réexaminer l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar ? C'est un gag ?
Je vous accorde qu'il est bon de rêver à voix haute parfois.

Écrit par : Pierre Jenni | 07/03/2016

C'est beau de se réveiller pour la video, mais il serait bien plus important de se pencher sur l'attribution de la coupe du monde à la Russie et au Quatar....! Seul moyen de montrer un signe fort et d'indépendance. Sinon Infantino n'aura aucune crédibilité.

Écrit par : Voutat | 10/03/2016

Les commentaires sont fermés.